UEPCN / Université Européenne du Patrimoine Culturel& Naturel (ex-Projet MAGISTHERE/Leonardo)

www.uepcn.org

UEPCN


UNIVERSITE EUROPÉENNE DU PATRIMOINE CULTUREL ET NATUREL

Champs concernés : le patrimoine culturel, La formation professionnelle.

Créée en février 2005, et prenant la suite du projet communautaire MAGISTHERE Programme LEONARDO DA VINCI de l'Union Européenne) l'UEPCN est un consortium réunissant des universités et des villes européennes, à l'initiative du réseau AVEC / Alliance de Villes Européennes de Culture et avec l'appui du Ministère français de la Culture. Son but: développer une offre de formations européennes de haut niveau répondant aux besoins des collectivités locales et facilitant la mobilité des professionnels à travers l'Europe. L'UEPCN est donc à la fois un réseau européen de centres de formation continue et un forum européen d'échange entre tenants de l'offre et de la demande de formation, dans le domaine de la gestion et de la médiation du patrimoine.

Pour en savoir plus, consulter le site: www.uepcn.org

Le patrimoine

Le patrimoine est une notion qui revêt aujourd'hui une signification commune à tous les pays d'Europe. Elle désigne les monuments historiques, les vestiges archéologiques, les ensembles architecturaux urbains ou ruraux, les paysages, mais aussi les témoignages matériels et immatériels de l'histoire et des cultures de nos sociétés. Exceptionnel ou ordinaire, le patrimoine a, depuis dix ou vingt ans selon les pays, élargi considérablement son public. Enjeu social aux multiples articulations, il est un repère pour les jeunes et un nouveau théâtre de la mémoire pour les adultes en quête de sens. L'augmentation de la fréquentation des monuments et des sites, l'attachement des populations à ces signes de leur identité, l'intérêt croissant que leur portent les autorités locales et qui se traduit par des dispositifs de conservation et de mise en valeur à l'échelon des communes ou des régions, témoignent de cette évolution.

Un enjeu

Aujourd'hui, le patrimoine est en outre devenu un enjeu économique et s'inscrit au cœur du débat sur l'aménagement du territoire. Il est considéré comme un facteur de développement local durable dans les régions européennes. Il constitue un élément important de contenu tant pour l'industrie du tourisme (première industrie européenne par le chiffre d'affaire) que pour celles de la culture et des nouveaux média.

La médiation du patrimoine : des métiers nouveaux

Cette évolution génère de nouveaux besoins : la création d'outils et de compétences nouvelles. Au-delà des métiers désormais relativement bien balisés de l'identification du patrimoine et de la restauration, se développe un groupe de métiers liés à la médiation du patrimoine.
La médiation du patrimoine se situe d'abord entre savoir et public ; elle décline les différentes manières de transmettre un savoir sur le patrimoine en fonction des publics - enfants, jeunes, population locales, touristes, populations handicapées ou en difficulté-, etc, et requiert la fabrication des supports de cette transmission - signalétique, éclairage de monuments, expositions, éditions papier et multimédia, campagnes médiatiques, spectacles, etc. Plus largement, elle contribue aussi à aider les responsables à établir un diagnostic sur leur patrimoine ainsi que sur les projets de réutilisation et d'aménagement à même de s'inscrire dans leurs stratégies de développement ; ce qui suppose de faire le lien entre les différents intervenants - professionnels du tourisme, aménageurs, architectes et urbanistes, éditeurs, décideurs, etc.

Objectif de l'UEPCN : mieux identifier et suivre l'évolution de ces métiers et développer les formations correspondantes

De nombreuses possibilités d'emploi sont ainsi ouvertes. Cependant, à des degrés différents selon les pays, ces métiers sont encore insuffisamment définis et il n'existe pas partout des formations adéquates pour y préparer. C'est le constat de ce manque qu'ont établi ensemble quatorze villes et territoires d'Europe regroupés au sein d'une association, l'Alliance de Villes Européennes de Culture (AVEC), dont l'objet est l'échange d'expériences sur la mise en valeur du patrimoine comme outil de développement local. Et c'est ce qui les a conduits à élaborer le présent projet.

A partir de ce constat, le projet MAGISTHERE s'est donné ainsi plusieurs objectifs : répondre aux besoins croissants et actuellement insatisfaits des collectivités locales, à travers l'Europe, dans le domaine de la médiation du patrimoine ; mettre en adéquation les besoins en personnel et les formations ; élaborer des contenus homogènes de formation entre pays ; permettre aux personnes exerçant, de fait, une activité dans la médiation du patrimoine, de compléter leurs compétences ; contribuer à la mobilité professionnelle des médiateurs du patrimoine en Europe.
Un MASTER EUROPÉEN DE GESTION ET D'ANIMATION DU PATRIMOINE européen entre universités est en cours de mise en place par les universités du consortium.
Cette démarche est ouverte aux universités et organismes de formation des autres pays européens.

Le projet

Le projet
MAGISTHERE , achevé avec succès en 2005, s'est déroulé sur deux ans et demi et consistait à définir et expérimenter des formations continues pour 3 types de métiers : guide-conférencier, animateur du patrimoine, chef de projet/gestionnaire de site patrimonial. Ce choix avait été guidé notamment par l'expérience du réseau français des " Villes et Pays d'Art et d'Histoire ", qui rassemble, sous un label national, environ 130 collectivités territoriales oeuvrant à la valorisation du patrimoine, et a développé les fonctions de guide-conférencier et d'animateur du patrimoine. Le métier de chef de projet/gestionnaire de site patrimonial est apparu plus récemment comme une demande forte émanant des villes et territoires européens travaillant sur la valorisation de leurs ressources patrimoniales.

Le projet comprenait quatre séries de travaux :

1- Etudes :
- réalisation d'un état des lieux des formations et des métiers;,
- création d'un répertoire des compétences européen.

2- Mise en place des formations :
- définition de scénarios de formation;
- test des formations;
- élaboration d'un co-diplôme.

3- Diffusion :
- mise en place d'un groupe de suivi technique et pédagogique et d'un comité de pilotage élargi;
- élaboration des supports de diffusion et mise en place;
- étude préalable sur la propriété intellectuelle.

4 Gestion et évaluation :
- coordination et gestion administrative et financière;
- comité de pilotage du projet.

Au cours de la première année, chaque pays partenaire a rélisé un état des lieux précis des formations existantes et un état des lieux des emplois existants liés à la médiation du patrimoine. Ce dernier a permis d'élaborer un répertoire des compétences et des profils professionnels. La deuxième phase consiste en l'élaboration des programmes et contenus de formation aptes à répondre aux besoins mis en évidence. La formation est constituée d'une série de modules fondés sur des groupes de compétences et élaborés par plusieurs pays. Les formations ainsi définies furent testées par les partenaires de chaque pays (sur leurs budgets propres) à partir de la rentrée 2004. Les modules ont été conçus aussi bien pour la formation continue que pour une formation de niveau " Master ".
Le projet comprenait aussi la mise en place d'un co-diplôme européen de niveau MASTER. La formation sanctionnée par le co-diplôme est constituée de modules élaborés par les différents pays. Dans l'attente de la mise en place officielle du MASTER EUROPÉEN, La co-diplômation peut être bi ou multi-latérale. En outre, dans chaque pays, ces modules peuvent s'intégrer à un cursus complet pour constituer un diplôme national.

Les publics intéressés sont les décideurs des collectivités territoriales, les établissements de formation, les professionnels du patrimoine et du tourisme, les jeunes diplômés ayant besoin de compléments de formation.
Les objectifs à plus long terme sont la création d'un observatoire européen et celle d'un réseau européen sur les métiers et formation de la médiation du patrimoine, et d'un réseau européen de centres de formation continue.

Les partenaires

Cinq pays étaient concernés par le projet : Italie, Espagne, France, Hongrie, République Tchèque. Chacun était présent à travers un double partenariat, apportant des points de vue complémentaires : une ville (susceptible d'exprimer des besoins et d'offrir des emplois), un organisme de formation (pouvant élaborer et mettre en œuvre des formations).

L'association AVEC, dont les villes partenaires sont membres, assurait la coordination générale. La direction de l'Architecture et du Patrimoine (ministère français de la Culture et de la Communication), également partenaire, apportait son expertise dans les différentes étapes du projet, en s'appuyant principalement sur le réseau des " Villes et Pays d'Art et d'Histoire " (VPHA). L'université de Tours apportait ses compétences sur la co-diplômation.

Le " Conseil de l'Europe / Division du Patrimoine Culturel "et " ICOMOS international " (Conseil International des Monuments et des Sites) accompagnaient le projet par leurs conseils et participent à la diffusion des résultats.


§